Américains en Bundesliga: Brooks sur la cible, Hoppe fait ses débuts pour Schalke la neuvième semaine – Bulinews.com

americains-en-bundesliga:-brooks-sur-la-cible,-hoppe-fait-ses-debuts-pour-schalke-la-neuvieme-semaine-–-bulinews.com

Par Peter Vice

Semaine neuf du 2020 / 21 La Bundesliga allemande voit les acteurs américains collecter un large éventail de notes dans notre analyse

John Anthony Brooks. Photo: GEPA Pictures / Sven Sonntag Quatre joueurs et l’entraîneur américain de la Bundesliga recevoir des sections notées cette fois. Il y a beaucoup à discuter; même un tout nouvel acteur dont personne n’avait entendu parler auparavant.


La seule chose qui manque à l’incroyable Une fusillade de huit buts entre le SV Werder Brême et le VfL Wolfsburg – de loin le match le plus divertissant impliquant l’une ou l’autre équipe en plus d’un an – était Josh Sargent. La merveille du Missouri a pris un léger coup lors des échauffements et a dû être exclue des alignements. Les premières indications sont que ce n’était rien de grave. Lundi, le 18 – un an était déjà retourné à l’entraînement en équipe.

John Anthony Brooks, VfL Wolfsburg

Minutes jouées = 90 / 90, Positions jouées = CB Note = A

Comment fait-on marquer un match comme celui-ci? Le 27, l’international américain âgé d’un an a fourni deux finitions sensationnelles. En l’occurrence, l’un d’eux s’est retrouvé dans son propre filet. De toute évidence, Brooks a choisi d’essayer son impression de Martin Hinteregger cette semaine. Malgré le but contre son camp, ce magazine a rejoint tous les autres Publications sur le football allemand dans selon les honneurs de l’équipe berlinoise de la semaine.

L’examen de ses statistiques générales amène à la conclusion que l’honneur était, en fait, bien mérité. Cet écrivain a enregistré un décompte (non officiel) de 89 touche. Plus impressionnant encore, il a réalisé plus de 87 pour cent de passes et n’a perdu que deux duels tout l’après-midi. Bien entendu, le monstrueux PPDA de Brême doit être pris en compte. Le XI de Glasner a affronté l’une des presses les plus faibles de toute la ligue. Brooks avait l’air très affûté sur le dos, en partie parce que personne ne l’a harcelé.

Le Berliner a néanmoins fait bon usage du temps et de l’espace dont il disposait. Ceux qui ont accès à la bande devraient absolument vérifier la façon dont il a lu la défense et a choisi des passes incisives dans le 10 e, 15 e, 32 nd, 63 rd, 74 e, et 76 e. Sa meilleure victoire aérienne est venue sur Yuya Osako dans le 32 e, bien que le 54 e minute L’en-tête loin a également servi de bijou. Les deux meilleurs tacles au sol se trouvent dans le 22 e et 89 e. Les deux seules pertes de l’après-midi ont été contre Osako en 55 e et 62 nd.


Brooks a bien défendu toute la nuit, ne glissant sur aucun des trois buts de Brême. Si quoi que ce soit, cela s’est avéré une rencontre dans laquelle il a emmené son partenaire Maxence Lacroix, mais s’est trouvé trop loin pour le renflouer dans la dernière instance. La tête 21 La e-minute était à peu près aussi simple que possible. L’Américain a également fait preuve d’une grande conscience, patience et sang-froid lors d’un jeu arrêté. L’arrivée (dans son propre filet) deux minutes après le redémarrage était tout simplement malchanceuse. Il avait clairement l’intention de l’envoyer de l’autre côté du poste. Une erreur de calcul millimétrique l’a vu s’embrasser sur les boiseries.

Wolfsburg occupe actuellement la cinquième place, invaincue en neuf tours de Bundesliga. La façon dont la ligne défensive s’est réunie – il faut noter que l’arrière arrière Ridle Baku a également marqué dans ce match – a dépassé les attentes de tout le monde. Une fois que l’entraîneur-chef du VfL, Oliver Glasner, aura récupéré le capitaine Joshua Guilavogui, il pourrait posséder la plus forte défensive de transition de la ligue. Sachez que Brooks a répondu à toujours plus d’adversité cette saison pour réclamer sa place parmi les meilleurs défenseurs. Bien joué, JA.

Giovanni Reyna, Borussia Dortmund

Minutes jouées = 22 / 90, Positions jouées = LW, RW, SS Classe = A

Un court quart de travail de remplacement s’est avéré être un très bon pour le jeune phénomène. Reyna a tout laissé sur le terrain, faisant à peu près tout son possible pour remettre les Schwarzgelben dans le jeu. Comme prévu, les manivelles BVB ont été déployées en force dans toute la Bundesrepublik lundi matin.

À vrai dire, les jeunes canons chargés de l’ingénierie du retour ont fait du bon travail. Ils devraient se considérer malchanceux de ne pas avoir au moins fait match nul. Le formateur Lucien Favre l’a bien résumé . Un peu plus de patience les aurait aidés à passer.

Voici à quoi ressemblait le plan d’attaque tardif:

Programmation – Borussia Dortmund – 69 e minute (3-3-4)

Favre a commencé le match dans une configuration arrière-quatre, passant à la constellation qui a produit des feux d’artifice plus offensifs pour lui lorsque Thorgan Hazard a remplacé le blessé Thomas Meunier dans le 61 st. Il lui a fallu six minutes supplémentaires pour obtenir Reyna et Youssoufa Moukoko pour Julian Brandt et Felix Passlack. Ensuite, le plan d’étirement est devenu clair.

Il n’y a peut-être guère d’excuse pour rédiger ceci, sinon pour illustrer à quel point cet assemblage de talents peut s’avérer dangereux un jour donné. Il est absurde à quel point la créativité et le rythme occupent ces deux principaux axes. Ceux qui souhaitent déclarer la course au titre une conclusion abandonnée devraient prendre en compte que cet arrangement ne s’améliorera que si tout le monde reste en bonne santé.

Des tonnes de superbes travaux exposés pour les fans de Reyna dans celui-ci. Il a immédiatement été inculpé dans le 63 e et 70 e avec des passes nettes et une vision adroite du champ. Sa superbe passe glissante parfaitement pondérée et sans regard a établi le but de Hazard dans le 74 e. On peut le regarder mener de grandes batailles à gauche dans le 73 e et le droit dans le 79 e.

À chaque dernière séquence d’attaque, il patrouille autour de la boîte avec une anticipation tenace. Il était partout ce jour-là. On peut même le voir ramasser le ballon par l’arrière et faire un long dribble dans le 83 rd. Il a failli préparer Moukoko pour un but dans le 81 e. À 90 + 3, il a gagné puis a pris un corner que Roman Bürki ou Manuel Akanji aurait dû terminer.

Cela ne s’est tout simplement pas réuni pour les phénomènes cette fois. Haaland a même inexplicablement manqué un walk-in à 87 + 5. Soyez assuré que les étoiles s’aligneront très bientôt pour ce groupe. Reyna est le principal distributeur créatif parmi eux. Le record de passes décisives de Thomas Müller de la saison dernière est peut-être déjà menacé.

Pellegrino Matarazzo, VfB Stuttgart

Grade = B – Le plan de base de l’entraîneur américain contre les géants allemands a fini par impliquer un back-four . La chaîne défensive à quatre reste encore très difficile à cerner. Même ceux qui sont régulièrement enthousiastes à l’idée de s’engager dans la tâche de «regarder Wataru Endo» concéderont que déchiffrer le code les a laissés énervés et peut-être même lorgnés.

Comme d’habitude, le 27 – l’international japonais d’un an s’est avéré très difficile à placer. Il a semblé se relayer avec l’attaquant Borna Sosa courant le flanc arrière sur des séquences d’attaque. L’attaquant principal est également resté quelque chose d’un mystère. Silas Wamangituka, Phillip Förster et Tanguy Coulibaly ont tous été la cible centrale.

En fin de compte, une interprétation utile du plan peut être représentée ainsi:

Programmation — VfB Stuttgart — Match Nine (4-3-3)

La plupart des propriétés cyclistes décrites ci-dessus peuvent avoir été dirigées vers l’exploitation de la forme pauvre des arrières latéraux entravés par les blessures du Bayern. Cela constituait en soi un plan prudent. A l’entraînement, Lucas Hernandez et Benjamin Pavard ont maintenu un rythme suffisant pour donner au FCB l’avantage sur les flancs. Les Souabes n’ont pas pu produire grand-chose en termes d’attaque au début.

La blessure de Daniel Didavi a affecté négativement la capacité de liaison du VfB. Philipp Klement, contrairement à Philipp Förster, aurait probablement dû être déployé au milieu de terrain central. La mesure dans laquelle Coulibaly et Wamangituka se déplaçaient exigeait une option plus stable pour travailler au milieu. Une telle carence est devenue apparente à mi-chemin de la première moitié. De nombreuses occasions de donner un coup de poing piquant aux favoris ont été gaspillées.

Premier but de Stuttgart dans le 20 e est arrivé à la fin d’un excellent travail de Coulibaly et Wamangituka. Il faut néanmoins noter que Manuel Neuer s’est engagé trop loin sur le jeu. Une faute provoquant la grimace de Coulibaly a effacé un autre cas dans lequel les Badeners auraient pu profiter d’une erreur Neuer. Les hommes de Matarazzo avaient l’égaliseur dans le 34 Ce n’était pas pour cette infraction. Ils avaient également battu Neuer quatre minutes auparavant, Förster échouant à l’arrivée.

Le travail défensif en seconde période est resté plutôt louable. Le défenseur de retour Konstantinos Mavropanos a commis des erreurs, mais a admirablement abandonné le corps pour garder le Bayern à distance. Endo et Sosa ont obtenu leurs échanges tout au long du match. L’entraîneur américain mérite le mérite d’avoir gardé ses défenseurs disciplinés et concentrés sur toute la longueur. Les substitutions offensives auraient pu arriver un peu plus tôt.

Förster a commencé à montrer des signes de drapeau autour du 50 e. Wamangituka ne faisait pas confiance à ses options, tenant le ballon trop longtemps sur ses dribbles avant. Coulibaly a eu des problèmes avec certains de ses sprints; l’exemple le plus flagrant étant celui où il ne pouvait pas atteindre une excellente balle en profondeur dans le 69 rd. Les substitutions différées de Matarazzo n’ont pas pris en compte de manière perceptible ces réalités. Son équipe a eu suffisamment de chances de faire match nul ou même de prendre de l’avance dans les dernières étapes du match, mais n’avait pas les jambes à gauche.

Il est important de noter que le match est resté très compétitif jusqu’à ce que Douglas Costa marque le troisième but dans le 87 th. Même après que les Bavarois aient ouvert une avance insurmontable, le VfB a obtenu quelques chances d’échappée à l’avantage de l’homme dans le temps additionnel. Cette fois, Wamangituka n’a pas pu rattraper son retard. Bien que l’on ne puisse pas évaluer trop sévèrement un entraîneur pour bien s’aligner contre les champions du record d’Allemagne, on sent qu’un résultat encore meilleur était à la portée du club sud-allemand ce jour-là.

Tyler Adams, RasenBallSport Leipzig

Minutes jouées = 90 / 90, Positions jouées = CM, RM, RW Grade = C –

Le New Yorker est revenu au milieu de terrain après travaillant comme arrière au tour précédent. Le formateur RB Julian Nagelsmann a construit un 3-4-3, dont l’objectif principal semblait être la réintégration réussie de Marcel Halstenberg avec le moins de pression possible. Une autre facette de la conception cherchait vraisemblablement à alléger le fardeau de Dayot Upamecano en le retirant d’une position de pivot avancée.

Programmation — RB Leipzig – Match Nine (3-4-3)

L’international américain a rencontré sa foire part du travail dans cette approche, souvent de retour pour s’insérer dans des constructions de possession éclatées. On a observé beaucoup de fuites de 19 – âgé d’un an au premier semestre. Dans les dix premières minutes, il produisait déjà ce qui était sûrement un collage coloré d’une carte thermique. Un jeu complet de box-to-box l’a vu s’engager dans des duels dans le troisième défensif dans le 4e, s’insérant dans la mêlée du milieu de terrain au 6e, et même faire une course avant complète vers la ligne de touche à la recherche d’un ballon de retour au 7e.

Le XI de Nagelsmann a honnêtement lutté, cependant, avec la tâche de favoriser un rythme cohérent hors de cette stratégie. Les adversaires Bielefeld sont restés de loin la meilleure équipe tout au long de l’ouverture 35. L’équipe chargée de talents s’est souvent retrouvée surclassée, surclassée et même évincée dans la presse du milieu de terrain. Entre les accusations qui se sont terminées par le premier but d’Angelino dans le 26 e, l’Américain a perdu plusieurs batailles clés entre les 19 e et 21 st, puis à nouveau échoué à se tenir debout à quelques reprises entre les 30 e et 33 rd.

Il n’y a peut-être même pas eu de plan tactique en seconde période. Ibrahima Konaté et Christopher Nkunku ont remplacé Halstenberg et Upamecano à la reprise. Les Saxons ont doublé leur avantage en moins de soixante secondes après que Dani Olmo ait réussi une passe arrière errante pour rapidement mettre en place Nkunku. Une dizaine de minutes plus tard, il semblait que l’idée générale était d’envoyer Angelino et Mukiele en arrière pour former un arrière-quatre avec Adams se balançant sur le flanc droit.

En tout cas, l’exécution a été très bâclée. L’Américain géré uniquement 18 plus de touches (il avait 50 contacts avec la balle dans le système précédent) pendant la durée du montage. L’attaque de Leipzig a presque entièrement disparu. Lowly Arminia ressemblait soudainement à des batteurs du monde alors que die roten Bullen échouait à plusieurs reprises à se mettre en marche. Mauvais dégagements dans le 54 e et le 81 st gâché le reste de la journée Adams. Une implication minimale et des erreurs défensives caractérisaient également le jeu de la plupart de ses coéquipiers.

Matthew Hoppe, FC Schalke 04

Minutes jouées = 78 / 90, Positions jouées = CF, SS Grade = D

N’est-ce pas quelque chose? Au début de la saison, le Un Américain volant juste sous la plupart des radars de ce club attaquait le milieu de terrain Nick Taitague. Personne n’aurait pu prévoir que le 15 – un an de Californie serait appelé pour obtenir son grand coup si tôt. C’est pourquoi nous aimons le football. La seule chose à laquelle on s’attend est l’inattendu. Les joueurs sortent de nulle part chaque saison. Aucun scouter ne possède de boule de cristal. Ce sont les histoires pour lesquelles nous vivons.

On peut en lire un peu plus sur les débuts de Hoppe en tant que faux-neuf dans Focus tactique de cette semaine. Ce n’était en aucun cas une entrée éblouissante sur la scène. La première touche américaine en Bundesliga, à la 4e minute, a été lourde. Sa première tentative au but, qui aurait pu être un centre intentionnel, est survenue dans le 9e. On peut l’observer se tailler une voie d’attaque pour lui-même, et même appeler le ballon, dans le 12 e. Steven Skrzybski l’a trouvé dans le 12 e, mais le jeune n’était pas prêt à recevoir le ballon.

Plus de problèmes pour l’Américain dans le 29 car il ne pouvait tout simplement pas enrouler sa botte autour d’une balle bien jouée. Il a réussi un bien meilleur retrait dans le 33 e, mais ne pouvait toujours pas régler ses pieds à temps. Après une longue période loin du ballon, il a réussi une réduction nette pour Mark Uth à l’heure. La goutte d’énergie est arrivée peu de temps après. L’Américain a tout simplement manqué d’essence autour du 62 e. Il ne pouvait pas rencontrer des balles extravagantes jouées en avant pour lui dans le 74 e et 79 e avec une accélération quelconque.

Cet auteur enregistre un total (non officiel) de seulement 18 touche, bien que l’adolescent ait terminé les trois quarts de son 10 passe. Un début peu spectaculaire pour dire le moins. Cela n’a peut-être pas d’importance du tout car l’état actuel de Schalke pourrait lui permettre d’avoir plusieurs chances de plus. Pour citer directement de 4019242186637678 l’article de prévisualisation de cette année « à peu près n’importe quoi reste possible à Schalke cette saison.  »

Histoires similaires

Powered by Live Score & Live Score App