Regarder la Ligue 1 sur

Champions League : la réforme entérinée ce lundi ?

Champions League : la réforme entérinée ce lundi ?

La Ligue des champions aura-t-elle une résurgence lors de la saison 2024-2025? Ce lundi, l’UEFA devrait être validée en principe.

Nous en parlons depuis quelques semaines. Le comité exécutif de l’UEFA devrait soutenir la nouvelle formule de C1 pour la saison 2024-2025. Voici les notes quotidiennes de L’Equipe dans l’édition d’aujourd’hui.

Selon eux, le conseil d’administration de l’ECA, l’association des clubs européens, a certainement soutenu cette nouvelle idée. Il en va de même pour la fin de la Superligue européenne qui est fermée aux plus grands clubs de notre continent.

Un nouveau format avec plus de matches

Si la compétition retient 36 équipes, avec cette nouvelle formule, on fait la part belle aux plus grandes équipes européennes. Les quatre grands championnats (Espagne, Angleterre, Allemagne et Italie) maintiennent quatre qualifications automatiques. La France, actuellement classée 5e du classement, se verra garantir trois places. Lire aussi : OL : Bard absent à Monaco, Slimani et Denayer très incertains. Alors que les vainqueurs de la saison précédente C1 et Europa se qualifieront automatiquement. Pour le reste, il faudra attendre.

Il n’y a pas non plus de groupes de quatre avec six matchs aller-retour. Il peut contenir jusqu’à quatre chapeaux de neuf équipes pour déterminer les combats et 10 matchs en équipe (cinq à domicile et cinq à l’extérieur). Au lieu d’avoir 16 matchs par jour, nous passons à 18, ce qui fait 180 matchs de groupe au total contre 96 maintenant.

Ensuite, pour accéder au 1 / 8ème, les huit premiers sont automatiquement qualifiés. Les équipes classées entre la 9e et la 24e font des va-et-vient pour se qualifier.

Si actuellement il faut 13 matchs pour remporter la C1 (on oublie les barrages avant les poules), avec la nouvelle formule, il faudra 17 ou 19 matchs pour soulever le trophée. Comme on le voit, la volonté est qu’il y ait plus de combats entre grandes équipes. Et s’il y a plus de combats, la spéculation financière en dit plus en termes de droits télévisuels.

Recherches populaires

Les supporters européens peu enthousiastes sur la future formule

Les supporters européens peu enthousiastes sur la future formule

Si cette formule est une priorité pour le club, il a moins de supporters. Trop répétitive, difficile à lire et une menace pour les championnats nationaux: pour les supporters européens et leurs représentants, il y a un risque que la réforme de la Ligue des champions de football, qui peut être acceptée, fasse dérailler son public traditionnel. Ceci pourrait vous intéresser : L’ambitieux projet de l’AS Arta Solar 7, entre mercato ronflant et promotion du football à Djibouti. Risque de tourner après l’argent.

«Vous ne pouvez rien vendre aux supporters», peste Ronan Evain, coordinateur de Foot Supporters Europe (FSE).

Les supporters allemands, très attachés aux traditions du football, s’y opposent fermement. Lors de la 16e manche de Dortmund-Séville, une énorme rouille a bloqué le fameux Mur jaune: « Stop aux réformes de l’UCL! » (« Arrêtez la réforme de la Ligue des champions »).

« Personnellement, je n’aime pas du tout ça », a répondu Antonio Armero, 57 ans, « socio » du Real Madrid depuis 1985 et membre de l’influent peña « La Gran Familia ».

« Je comprends que les grands clubs ont besoin de ce type de compétition parce que cela générera plus de bénéfices. Mais ils commercialisent le football et le cœur du sport », ont déclaré les fans de Merengue.

En particulier, de nombreux supporters soutiennent la possibilité que certains clubs se voient offrir la possibilité de se qualifier sur la base de leur histoire dans les compétitions de l’UEFA alors qu’ils n’ont pas reçu de ticket sur le terrain grâce à leur championnat, une situation qui menace cela à Liverpool ou Saison de Dortmund., Par exemple.

Beaucoup de gens soulignent aussi, comme Ronan Evain, «l’hyper-concentration» de la C1, «avec quelques clubs ou pays, voire trois, quatre pays, qui ont gagné la compétition, qui devient de plus en plus serrée, de plus en plus petite européenne». .

« Au détriment des ligues »

"Au détriment des ligues"

«Le seul moyen de compenser est de permettre à certains pays de qualifier leurs représentants […] qui doivent désormais passer par l’étape de qualification», poursuit le coordinateur FSE, citant les cas de champions d’Écosse, le Danemark ou la Serbie sont actuellement contraints de le faire. Lire aussi : OL – Mercato : Rudi Garcia revient sur le cas Memphis Depay. traverser les routes.

« Unsere Kurve » (« Our Turn ») écrit également la formule émergente « nuit aux ligues nationales », qui regroupe les associations de supporters de plusieurs grands clubs allemands.

Pour Sig Zelt, porte-parole de l’alliance ProFans, la réforme « creusera le fossé entre les clubs internationaux et les autres dans les ligues nationales, rendant les championnats nationaux moins intéressants ».

« Tant de matchs, tant d’équipes, cela va menacer les tournois nationaux », a déclaré Antonio Armero. « Cette réforme va nuire aux petits clubs. »

La formule dite «suisse», qui fait son apparition, présente un «problème de lisibilité» avec un grand pool de 32 ou 36 équipes avec dix matchs pour chacune, donc pas contre toute opposition, selon Ronan Evain.

« L’UEFA est convaincue que cela réduira le nombre de matchs + morts + sans paris, mais je n’en suis pas sûr », a-t-il déclaré.

La prolifération des affiches chez les grands Européens pourrait également les dévaloriser. «La multiplication Bayern-Real réduira la valeur intrinsèque de chaque match», regrette Ronan Evain.

« Clientèle captive »

"Clientèle captive"

«Sur cinq ou dix ans, le nombre de clubs différents dans la phase à élimination directe s’effondre, chaque match se ressemblera», dit-il. Sur le même sujet : OL : Zoom sur les candidats à la succession de Rudi Garcia.

Les supporters ont compris que la menace posée par certains clubs (Real, deux clubs de Manchester, Juventus…) de la Superligue privée avait mis la pression sur l’UEFA pour qu’elle refasse sa grande compétition de clubs.

« L’UEFA veut faire cela pour sauver les meubles, au cas où ils perdraient les grands clubs », a déclaré Jonathan Partula, supporter du Paris SG.

Pour Kevin Miles, directeur exécutif de la Football Supporters Association of England (FSA), si l’UEFA veut écourter les plans d’une Superligue européenne dissidente, l’alternative proposée par l’UEFA n’offre aux supporters que de plus petits pas. Sur la même fausse voie « .

Enfin, Ronan Evain note que les dirigeants du football, qui souhaitent se tourner vers de nouveaux marchés, sont des «clients captifs» trop confiants.

«Ils pensent que la communauté continuera d’investir de l’argent dans leur équipe quoi qu’il arrive», dit-il. « Si courir après un nouveau public perd les consommateurs les plus fidèles, que reste-t-il? »

Comme on peut le voir, il existe un gouffre grandissant entre les supporters et les besoins financiers croissants des clubs. Nous devrons voir si cela se confirme.

Obtenez la plupart des informations sportives tous les matins.