Regarder la Ligue 1 sur

Eliot Matazo, la nouvelle pépite de l’AS Monaco

Eliot Matazo, la nouvelle pépite de l'AS Monaco

Rayonnant face à Metz le week-end dernier pour sa deuxième titularisation chez les pros seulement, le tout jeune Eliot Matazo illustre parfaitement la nouvelle jeunesse dorée de l’AS Monaco. Bosseur et apprécié de tous, le milieu de terrain représente l’avenir de son club et même, déjà, un peu le présent.

Ce qui suit après cette annonce Voir l'article : Ligue 1 (J35) : Le LOSC proche d’atteindre son objectif Ligue des Champions.

Monaco a toujours le don de faire sortir les jeunes talents de leur centre de formation. Après quelques apparitions de Chrislain Matsima et Enzo Millot cette saison, voici Eliot Matazo. Pour son deuxième départ de saison ce week-end contre Metz, le Belge de 19 ans a parsemé la rencontre de son talent. Tonique et fougueux, précis et technique, à l’aise avec le ballon et passeur décisif pour Kevin Volland, le milieu de terrain a réalisé une performance voyante. Pas mal pour un élément qui joue très peu sous Niko Kovac, la faute à un duo Youssouf Fofana-Aurélien Tchouaméni presque irréprochable depuis le début de la saison.

Son heure viendra, il s’approche peut-être même plus vite que vous ne le pensez. «Il a de grandes qualités, il s’améliore vraiment. Il a dû saisir l’occasion pour se montrer, et il l’a fait. Je suis sûr qu’il continuera à travailler pour s’améliorer de jour en jour », a déclaré son entraîneur après la victoire 4-0 contre les Grenats. contre Metz Un peu moins pointu, il a tout de même joué 80 minutes lorsque son équipe l’emportait aux tirs au but.

Une lourde blessure pour commencer avec Monaco

«Mon objectif premier était de m’amuser en profitant du moment présent, sans poser trop de questions. La confiance est venue plus tard. Je suis content de ma performance, et c’est toujours mieux quand on est décisif pour l’équipe, comme cela s’est produit samedi contre Metz avec cette passe décisive. Lire aussi : OL – Nice : De Sciglio fait son retour. En Coupe de France, c’était plus difficile. C’est spécial de jouer deux matchs ensemble contre le même adversaire. Mais nous avons couvert l’essentiel en nous qualifiant pour le tour suivant », a déclaré un jeune homme calme, peu susceptible de soupçonner que le destin lui réserve un sort.

Arrivé sur le rocher à l’été 2018 en provenance d’Anderlecht où il a refusé de signer un contrat professionnel, il s’est immédiatement blessé à la hanche et a dû être maintenu hors du terrain pendant 8 longs mois. Une période compliquée pour ceux qui ont dirigé la quasi-totalité des équipes de jeunes Mauves, mais qui ont appris «par expérience», bien décidés à «revenir plus forts». Après le passage à l’infirmerie, il s’épaissit à Monaco où il alterne entre les U19 et la réserve en National 2. Le sort du puissant milieu de terrain change avec l’arrivée de Kovac à l’été 2020.

Tout le club en est fan

Appelé pour la retraite de pré-saison en Pologne, il retient l’attention de son entraîneur mais « Rio Mavuba », son surnom à l’ASM, n’a pas encore pris de mesures pour jouer ensemble dans le groupe professionnel de longue date. «Eliot a une grande envie, une grande détermination avec un grand volume athlétique. Il lui reste encore à améliorer le volume de jeu « , a déclaré David Bechkoura, le sélectionneur. Ceci pourrait vous intéresser : Le résumé vidéo du sacre de Monaco en finale de l’Eurocoupe. Patience et travail, il l’aura. Régulièrement appelé en Serie A, Eliot Matazo sent le banc, beaucoup de banc sans jamais montrer sa frustration. avant de faire les premiers pas avec des professionnels.

«C’est un gars assez introverti et bien élevé qui a le sens du respect et de la hiérarchie. Il a soif d’apprendre, est très travailleur et veut toujours en faire plus, énumère une source proche du groupe. C’est un garçon toujours de bonne humeur, souriant, toujours respectueux. Il veut mettre toutes les possibilités de son côté pour réussir. Il est très apprécié par le groupe et en interne. Les échos sont favorables. « Très favorable également puisque le milieu de terrain a embauché un entraîneur personnel et est régulièrement l’un des premiers à arriver à La Turbie. Un grand ouvrier essayant de faire son trou.

Matazo : «C’est le projet sportif qui a fait pencher la balance vers Monaco»

La compétition est rude car en plus de Fofana et Tchouaméni, Fabregas le devance dans la hiérarchie, mais il est sain de croire l’ambiance dans les vestiaires. Choyé par ses deux amis français, originaire de Woluwe-Saint-Lambert, commune voisine de Bruxelles, il est également éclos par son partenaire espagnol expérimenté. L’AS Monaco veut une jeunesse en or et a toujours su la valoriser. Voir l'article : Mercato – PSG : Leonardo lâche ses vérités sur l’appel du Qatar ! Ce n’est pas un hasard si Matazo a rejoint la Principauté alors qu’il s’intéressait aux très grands clubs européens (Bayern, Dortmund, Manchester City, Manchester United ou encore la Juventus).

«C’est vrai qu’Anderlecht a essayé de me retenir et ce n’était pas un choix facile de refuser, mais le projet monégasque m’a convaincu. C’est un club qui a historiquement lancé pas mal de jeunes. Beaucoup ont commencé ici, d’autres ont émergé aux yeux de l’Europe, c’est une belle vitrine. Ce n’était jamais un choix financier comme nous l’avons lu ou entendu en Belgique, c’est le projet sportif qui a fait pencher la balance vers Monaco, a déclaré un proche du joueur. A Manchester ou au Bayern, il y avait moins de certitudes, au final le choix s’est tout simplement fait », revient en arrière le partenaire de promotion de Jérémy Doku à Anderlecht.

Contrairement à son « frère » qui évolue au Stade Rennais, Matazo n’a jamais été appelé pour la sélection belge. «Un rêve lointain. Mais je vais me donner les moyens de le faire dans les années à venir. « Il reste encore un long chemin à parcourir pour affronter les Red Devils, qui portaient ce maillot Rossoneri en U16 et U18, à moins que vous ne rêviez de la RDC, la dans le pays de ses parents. Jusqu’où est venu le moment où Matazo a été frappé par un rouge très violent contre Saint-Etienne pour son premier mandat. L’avenir s’annonce radieux pour lui. Il reste maintenant à poursuivre l’élan. Ce ne sera pas trop pour pour aider Monaco à se rapprocher du sommet en fin de saison, et au-delà.

Sur le même sujet