Regarder la Ligue 1 sur

Foot: le patron du PSG Nasser Al-Khelaïfi nommé président de l’Association européenne des clubs (officiel)

Foot: le patron du PSG Nasser Al-Khelaïfi nommé président de l'Association européenne des clubs (officiel)

Le patron parisien, le SG Nasser Al-Khelaïfi, a été nommé mercredi président de l’Association des clubs européens (ECA), prenant la place laissée vacante par Andrea Agnelli (Juventus Turin), l’une des forces du projet avorté de Super League.

L’Italien avait démissionné de son poste à l’ECA en lançant, contre toute attente, son projet de compétition privée censé rivaliser avec l’UEFA Champions League, qui a été tué dans les bourgeons 48 heures après son lancement face au retrait de «  La plupart des fondateurs clubs. .

« On ne nous a jamais posé de questions sur le leadership, l’intégrité et l’unité de notre organisation ou à ce moment charnière du football européen », a répondu l’homme d’affaires qatari dans un communiqué, précisant qu’il souhaitait « renforcer » la CEA dans son rôle de et la voix unique des clubs en Europe « .

Le patron du PSG, qui avait déjà été reconduit mardi en tant que représentant de l’ECA au comité exécutif de l’UEFA, était l’un des seuls chefs de club les plus riches d’Europe à ne pas faire partie du projet de Super League, comprenant douze équipes dont le Real Madrid. , Juventus Turin et Liverpool.

Le choix de « NAK » a également été salué publiquement par le président de l’UEFA, Aleksander Ceferin, qui lui a dit mardi que « avec votre aide, nous sauverons le football ».

Le rôle de cet ancien joueur de tennis aux mots rares va au-delà du PSG: ministre sans portefeuille, a été l’un des hommes clés de la candidature du Qatar à l’arrangement de la Coupe du monde 2022, et est à la tête du géant des médias beIN, l’un des champions de la ligue des diffuseurs.

Cette nomination pour remplacer l’une des forces du projet Super League est l’un des premiers résultats d’un démarrage soudain de semaine sur la planète footballistique, alors que la question d’éventuelles sanctions ciblant les douze clubs dissidents monte de plus en plus forte dans les autorités. .