Info PVfr – Vente de l’ASSE : Le processus de vente, les dossiers en cours et les perspectives à venir ⋆ Peuple-Vert.fr – Foot – ASSE – Actualité

Info PVfr - Vente de l'ASSE : Le processus de vente, les dossiers en cours et les perspectives à venir ⋆ Peuple-Vert.fr - Foot - ASSE - Actualité

La vente de l’ASSE va faire couler beaucoup d’encre dans les semaines et mois à venir. Elle a déjà commencé à exciter les plumes durant la semaine, à tort toutefois puisque les « informations » dévoilées par le journal L’Equipe via Bernard Lions ont été immédiatement démenties par le principal intéressé. Afin d’y voir plus clair sur la situation actuelle et les prochaines étapes de la vente du club ainsi que les dossiers en cours, nous avons décidé de vous proposer un point de situation…

La vente d’un club, comme toute entreprise, ne se fait pas du jour au lendemain. De nombreuses étapes doivent être suivies pour cela. À ce jour, KPMG a travaillé sur le dossier et n’en est qu’à l’étape 1 de ce long processus de vente. Il s’agit désormais de signer des accords de confidentialité entre toutes les parties. Par conséquent, il est peu probable que ceux qui ont des opinions sur l’ASSE la rendront publique, du moins à ce stade du processus. Occasion pour nous de démentir la rumeur de Mathieu Bodmer. Si le principal acteur l’a fait lui-même, ce n’est pas pour protéger un dossier confidentiel, c’est bien parce qu’il ne s’intéresse pas à l’ASSE à ce jour.

Vendre un club est un processus long et contraignant

Les prochaines étapes consistent à trouver des candidats potentiels pour le rachat du club. S’il y a une intention d’achat jusqu’à présent, il n’y a pas d’offre en l’état et pour cause, quiconque serait en mesure d’envisager un club dans un contexte sportif et économique jusqu’à présent est très incertain comme nous l’expliquions il y a une semaine sur notre site.

KPMG vérifiera ensuite la solvabilité des différents candidats à l’engagement de l’ASSE. il ne s’agit pas de vendre le plus bavard avec une coquille vide! Alors, en plus du projet de Pauly, il s’agira d’être à l’affût de toutes les personnalités extraterrestres et autres qui recherchent une exposition qui ne manquera pas d’utiliser l’ASSE pour faire parler d’eux sans l’argent nécessaire au rachat. . . Une fois leur solvabilité vérifiée, tous les candidats crédibles recevront des informations exactes sur le club et des détails précédemment confidentiels. Au final, si nous devions acheter une maison, il serait question de se dire: « Aimez-vous le quartier, l’emplacement de la maison ainsi que sa superficie? Entrons, visitons et étudions les diagnostics de cette propriété ! « Pour les candidats, il s’agira d’analyser les détails financiers et juridiques du club avant de rédiger, la prochaine étape, une proposition d’achat.

Une fois reçues, les vendeurs étudieront ces propositions, à savoir Bernard Caïazzo et Roland Romeyer. Le processus est donc long et compliqué. Cela se fait sans compter les autres étapes telles que les approbations par les commissaires aux comptes, instituées par l’agrément des salariés sous le nom de loi dite «Hamon» (loi n ° 2014 856 du 31 juillet 2014), à savoir l’obligation de mise transfert de l’entreprise employeuse. Et puis il y a aussi la DNCG qui aura le droit de superviser la transaction, la rédaction des actes etc.

Au moins 200 millions d’euros de surface financière !

Les déclarations d’intention du club ont déjà été achetées. Ils sont plus ou moins graves ou, et c’est le plus important, le plus susceptible ou le moins susceptible de permettre à l’ASSE de se développer. moins que plus ailleurs. Par définition et comme nous l’avons expliqué dès le départ, ces transactions et discussions sont confidentielles. Personne, à part les personnes concernées par ce dossier, ne sait vraiment combien de propositions sont sur la table. Cependant, nous savons d’une source fiable que l’acheteur devra offrir une base financière qui pourra non seulement acheter le club, mais surtout l’amener au niveau supérieur. Il ne sera donc pas un problème d’offrir un chèque de remboursement sans ressources supplémentaires. A cet effet, il semble difficile d’imaginer un investissement de moins de 200 millions d’euros. Qui en France a actuellement un tel intérêt pour l’injection dans un club de football? Peu de personnes ou de compagnie. C’est pourquoi les arrangements locaux ont peu de chances de réussir. Il ne s’agit pas de changer pour le plaisir du changement, mais d’un changement pour la croissance … Il faudra donc chercher le futur propriétaire du club dans un autre court. FAI? Société CAC40? investisseur privé si investisseur étranger sûr? L’avenir nous le dira dans les mois à venir … patience.