La fédération anglaise de foot appelle à légiférer “rapidement” contre les insultes en ligne

La fédération anglaise de foot appelle à légiférer "rapidement" contre les insultes en ligne

La Football Association of England (FA) a appelé le gouvernement à légiférer sans délai pour forcer les réseaux sociaux à prendre des mesures contre les insultes en ligne après quatre jours de boycott par les clubs, les autorités et les joueurs.

Certains d’entre eux, comme Marcus Rashford (Manchester United) et Reece James (Chelsea), ont été la cible d’insultes sur les réseaux sociaux ces derniers mois.

La Fédération anglaise de football, les clubs de Premier League, de deuxième division et de Super League féminine, ainsi que les organisations représentant les joueurs, les arbitres et les entraîneurs, et d’autres sports tels que le rugby ou le cricket, ont décidé de ne pas financer leurs comptes sur les réseaux sociaux à partir du vendredi avril. 30 à 2h00 GMT jusqu’au lundi 3 mai à 22h59 GMT.

Dans un communiqué, la FA a déclaré que cette décision reflétait “notre colère collective mais ce n’est pas suffisant pour mettre fin aux insultes”.

«Nous continuerons d’exiger que les propriétaires de réseaux sociaux changent la façon dont leurs plates-formes fonctionnent, que les gouvernements introduisent rapidement une législation robuste et demandent aux gens de s’exprimer et de signaler les insultes en ligne lorsqu’ils les voient.»

Le gouvernement britannique a annoncé en décembre dernier que le ministre du Numérique, des Médias, de la Culture et des Sports avait présenté un projet de loi sur la «sécurité en ligne» qui devait «établir une référence mondiale en matière de sécurité en ligne, avec l’approche la plus complète en termes de réglementation en ligne». , Oliver Dowden.

A lire aussi :   Mercato - OM : Sampaoli a déjà la solution en cas de départ de Milik !

Jeudi dernier, dans un article publié par The Sun, Dowden a promis que la révision parlementaire de la loi commencerait “rapidement”, mais cela signifie qu’il est peu probable qu’elle entre en vigueur avant 2022.

Le texte prévoit des amendes pouvant aller jusqu’à 10% du chiffre d’affaires mondial, ou le blocage de sites, “par exemple s’ils ne parviennent pas à supprimer les insultes racistes”.

«Nous voulons maintenant que Facebook, Instagram et Twitter utilisent leur pouvoir pour changer les choses et faire en sorte qu’il y ait de réelles sanctions pour la haine en ligne», a déclaré la fédération anglaise. “Nous demandons à ces réseaux sociaux de répondre à nos demandes.”

Dans un tweet, le club de Manchester United a affirmé que “le boycott est terminé. Mais notre tâche n’est pas de mettre fin à toutes les formes de discrimination”.

Confidentialite - Conditions generales - Contact - Publicites - Plan du site - Sitemap