Regarder la Ligue 1 sur

La Super Ligue, « crachat au visage », met le foot européen sur le pied de guerre

«Cracher au visage des fans de football»: la Super League, compétition privée basée ce lundi par une dizaine d’équipes en lice pour une place en Ligue des champions, brûle le football européen poussant les autorités à promettre des représailles contre ce projet détesté de supporters.

Après des décennies de scission, les plus grands leaders du continent, le Real Madrid, Liverpool ou Manchester United ont pris les devants, ouvrant la voie à la formation d’une société commerciale, appelée «Super League», et en engageant des poursuites. Interdiction d’interdiction contre l’UEFA opposition, organisateur de la Ligue des champions, compétition aéroportuaire de football européen depuis 1955.

La Super League est une « production honteuse » de plusieurs équipes « avides », « crachant au visage de tous les fans de football », a déclaré lundi le président de l’UEFA Aleksander Ceferin lors d’une conférence de presse.

Dans la soirée, le match de Premier League entre Leeds et Liverpool a été l’occasion pour les Peacocks de montrer leur hostilité au projet. Avant le match, tous les joueurs de Leeds portaient des T-shirts avec le slogan «le football est pour les fans» et un avion portant le drapeau avec les mots «#SayNoToSuperLeague» («Dites non à la Super League») et même volant sur le terrain de jeu.

Les organisations rebelles, en particulier l’AC Milan, l’Arsenal, l’Atlético Madrid, Chelsea, Barcelone, l’Inter Milan, la Juventus, Liverpool, Manchester City, Manchester United, le Real Madrid et Tottenham, ont inclus tous les vainqueurs de C1 depuis 2005, à l’exception de et Bayern Munich.

En réponse, Ceferin a créé un précédent pour la transformation de la Ligue des champions, qui passera de 32 à 36 équipes en 2024, et promet d’identifier les équipes impliquées et leurs joueurs dans toutes les compétitions nationales et internationales. la Coupe du monde.

Dans ces circonstances, qu’arrivera-t-il aux demi-finales de Ligue des champions où se joue le match aller fin avril (Real-Chelsea et PSG-Manchester City) impliquant les trois équipes dans la mêlée? Le Paris SG restera-t-il seul en fuite et sera-t-il déclaré vainqueur en perdant « Ces équipes doivent être exclues et je m’attends à ce que cela se produise vendredi » lors d’une autre réunion de la commission. L’administration de l’UEFA, a déclaré le président du club danois Jesper Moller, membre de l’association.

Quoi qu’il en soit, le virus de la division est là. Secoué par l’épidémie de Covid-19, le roi du sport en Europe voit son système pyramidal de distribution de matériel de télévision suspect.

– « Autres appareils » –

En annonçant leur rivalité «au plus vite», sans renoncer à la date, les rebelles affirment avoir formé une alliance quasi fermée qui peut être comparée aux matchs de basket américain (NBA) ou de football des États-Unis. Amérique (NFL) .

Selon une source interrogée, le Bayern et le PSG ont été approchés mais n’ont pas donné suite.

Une autre source, cependant, est proche des équipes de formation, mais elle a confirmé à l’AFP que deux équipes françaises « au moins » seront présentes chaque année en Super League, sans préciser l’identité ni le mode de sélection des parties impliquées.

Cette compétition propose du temps régulier entre 20 équipes, puis des barrages, avec un total de quinze membres (12 «équipes établies» et trois autres à identifier) ​​et cinq autres équipes sélectionnées «lors de leur dernière saison».

Les matchs ont eu lieu en milieu de semaine, en compétition avec la Ligue des champions, mais pas avec les matchs nationaux qui se sont déroulés ce week-end.

Le nouveau tournoi, selon ses supporters, a été décidé de « produire plus d’équipements pour l’ensemble de la pyramide du football ». Destiné à investir dans les infrastructures et à éliminer les effets de la catastrophe du Covid-19 « .

La banque américaine JPMorgan a confirmé lundi qu’elle soutiendrait le projet, qui inclura la Super League féminine.

Ces revenus génèrent un chiffre d’affaires bien supérieur à celui obtenu par l’UEFA, qui a généré 3,2 milliards d’euros de droits TV en 2018-2019, avant l’épidémie.

Les marchés financiers ne se sont pas trompés: l’action de la Juventus a été clôturée lundi (+ 17%) tandis que celle de Manchester United était d’environ 10% plus élevée à New York.

– « Ils doivent tous être expulsés! » –

Il reste à voir quelles mesures de rétorsion les autorités vont prendre.

La Fifa « ne pouvait que rejeter une Union européenne fermée et non alignée », a répondu lundi l’instance internationale, sans aller, comme l’UEFA, mettre en œuvre la menace de discrimination.

Il sera nécessaire de voir si la convocation de l’UEFA est conforme au droit européen de la concurrence, qui prévoit une éventuelle bataille juridique.

D’autant que selon une lettre obtenue par l’AFP, les supporters de la Super League ont pris l’initiative d’empêcher «des tribunaux expérimentés d’assurer la mise en place et le déroulement de la compétition».

Pendant ce temps, les conditions anti-Super League se sont améliorées, en particulier parmi les supporters.

« C’est un vol. Ils dissipent tout type de suspicion sportive », déplore à l’AFP Ronan Evain, un coordinateur du réseau du réseau européen des supporters de football.

La même rage tue l’ancien vétéran Rudi Völler, désormais leader de Leverkusen: « Crime contre le football! », A-t-il déploré. « Pour ceux qui veulent jouer dans cette Ligue être exclus de toutes les compétitions nationales (…). Ils doivent tous être expulsés! ».

Et les responsables politiques ont également soulevé des inquiétudes, comme l’Elysée, qui a proposé un projet qui «menace le principe d’unité et la qualité du sport».

Le secrétaire national britannique aux Sports, Oliver Dowden, a également déclaré lundi que Londres était déterminée à faire «tout» pour empêcher la Super League, y compris l’application des règles de compétition.

Même parmi les groupes rebelles, un certain nombre de mots ont commencé à monter lundi soir, comme celui de l’entraîneur de Liverpool Jürgen Klopp ou du joueur anglais James Milner.

« J’aime le côté compétitif du football, j’aime l’idée que West Ham (actuellement quatrième et apte à la C1) puisse jouer en Ligue des champions l’année prochaine. Je ne veux pas qu’ils soient comme ça », a-t-il déclaré. parce que nous voulons être là, mais j’aime qu’ils aient une chance », a déclaré le sélectionneur allemand.

Milner, l’un des sous-commandants des rouges, était encore plus simple. «J’ai l’impression que je n’aime pas ça et j’espère que ça n’arrivera pas», dit-il brièvement dans le micro du Sky.