Regarder la Ligue 1 sur

La Super Ligue enterrée : le pire est évité, mais il ne faut surtout pas s’en contenter

La Super Ligue enterrée : le pire est évité, mais il ne faut surtout pas s'en contenter

Ils avaient lancé leur offensive dimanche à la tombée de la nuit. Moins de soixante-douze heures plus tard, comme des lapins attrapés par des phares, ils s’enfuirent sans demander de repos. Ainsi s’est terminée la plus courte révolution de l’histoire du football. Le 14 juillet 1789, si les assaillants de la Bastille avaient attaqué la prison de Paris avec la même conviction que les douze mutins, les Capétiens seraient toujours sur le trône en lisant ces lignes.

Enfin, le football n’est pas malheureux dans cette histoire. De conviction et de courage, ces douze avaient peu. Et ce sont les Anglais, habitués à tirer les premiers, à siffler la fin de la partie, déserter les rangs sans ordre particulier. Manchester City a démarré, le reste de la cohorte l’a rejoint. et emboîté le pas. Et puis il y a eu l’Atlético, l’Inter, Milan, jusqu’à Andrea Agnelli de la Juve, un leader dont la passion pour Fortnite et Call of Duty se transforme en obsession.

Les traces de cette tentative de coup d’État, qui sera poliment qualifiée de pathétique, resteront sans aucun doute. Car les supporters, privés de tribunes depuis plus d’un an, se souvenaient qu’ils avaient une voix et que celle-ci restait audible, même en dehors du stade. Et que s’ils voulaient le meilleur pour leur club, ils ne voulaient pas que cela vienne à tout prix. Les images de Fulham Road, où tout un petit monde en bleu a arrêté la circulation et le bus des Blues mardi soir, deviendront l’une des scènes les plus joyeuses et symboliques de cette crise exprimée.

UEFA ou Super League: pourquoi le PSG est dans une position si délicate

Et maintenant ?

Et maintenant ?

Dans quelques jours, lorsque les sécessionnistes tenteront de refaire leur virginité à bon marché et de mettre en avant leur conscience sportive, il faudra garder à l’esprit les événements de ce début de semaine. A voir aussi : Ligue des champions: N’Golo Kanté élu joueur de la semaine. Devront-ils être sanctionnés? L’UEFA et Aleksander Ceferin oseront-ils? Il faut simplement rappeler qu’il y a exactement trente ans l’institution continentale avait suspendu un double champion d’Europe en titre – Milan pour ne pas le nommer – pendant un an parce qu’elle avait refusé de conclure un quatrième retour en C1 qui avait mal commencé. Une goutte à côté de ce que nous venons de vivre.

De plus, il ne faut pas oublier à quel point la Ligue des champions, qui depuis deux jours a été annoncée par les joueurs aux supporters, y compris les médias, reste une compétition déloyale et qui fait la part belle aux puissants d’Europe occidentale, les mêmes personnes que quatre pays (Angleterre, Espagne, Allemagne, Italie) 50% des places disponibles sont accordées.

Aujourd’hui et plus encore demain, alors que sa réforme a été adoptée lundi au cœur de la pétaudière, la Ligue des champions est un événement inaccessible à la majeure partie du Vieux Continent. C1 est une compétition fermée qui n’a jamais osé prononcer son nom. Et qui, par l’intermédiaire de son organisateur UEFA, a décidé qu’il était normal de favoriser le 4e championnat d’Espagne ou d’Allemagne au champion de Suède, d’Autriche ou de Roumanie. Pour des raisons strictement économiques et pas du tout sportives, favorisant ainsi la concentration des forces au sein de quelques écuries, celles-là mêmes qui viennent d’essayer de faire un enfant derrière lui. Reconnaissance du ventre …

A découvrir aussi

Quid de la Ligue des champions ?

Quid de la Ligue des champions ?

La Ligue des champions sera bientôt une compétition encore plus inégale et, de plus, totalement illisible. L’attitude des putschistes a (presque) réussi à faire oublier que la réforme de C1 pour 2024 était injuste et basée sur une valeur standard unique: l’argent. Comment faire plus? L’UEFA et les clubs l’ont trouvé: il suffit de multiplier les matches. 36 clubs contre 32, quatre sélections de neuf équipes et 180 matchs au lieu de 96. Sur le même sujet : Ligue des champions : Le gros coup de Nantes contre Veszprem. Il gagnera plus d’argent pour celui que vous connaissez. Mais ce n’était toujours pas suffisant, ont décidé Florentino Perez et ses amis. Cependant, lorsque vous vivez au-dessus de vos moyens, cela ne suffit jamais.

Cette réforme est un moindre mal, me direz-vous, étant donné ce qui nous a échappé. Mais ce n’est pas parce que nous avons évité le pire que nous devons nous contenter du déplorable. Nous ne pouvons pas, nous ne devons pas être satisfaits. Organisateurs, clubs, fans et médias qui ne cessent de glorifier les mêmes clubs et joueurs toute l’année, il est temps de tout repenser.

Dans un moment de dépassement de plus en plus et constant, il est conseillé de mettre le pied sur le frein, de régler un coup de pied qui passe au-dessus de la tête et dont le vol en avant ressemble de plus en plus à une course vers l’abîme tous les jours. Pensée pleine d’espoir. Utopique. Naïve. Mais toujours vital. Car si nous sommes tombés très bas, il n’est pas certain que nous ayons encore touché le fond.

Barcelone et le Real restent les équipes les plus riches du monde et sont loin devant le Bayern

L’UEFA frappe à nouveau: le nouveau format C1 des 36 clubs est validé