Le ramadan et la pratique du football de haut niveau

Le ramadan et la pratique du football de haut niveau

Comme chaque année, les musulmans jeûnent durant le mois du Ramadan. Parmi eux, de nombreux footballeurs de haut niveau qui doivent être capables de concilier cette pratique religieuse avec des activités physiques intenses. Ce qui n’est pas chose aisée.

Comme chaque année, les musulmans jeûnent durant le mois du Ramadan. Parmi eux, de nombreux footballeurs de haut niveau qui doivent être capables de concilier cette pratique religieuse avec des activités physiques intenses. Ce qui n’est pas chose aisée.

Cette année, et comme depuis plusieurs saisons maintenant, le mois de Ramadan tombe lors d’importantes compétitions. Il y a quelque temps, ce mois sacré (le quatrième pilier de l’islam) se déroulait en plein milieu de la Coupe du monde et surtout au plus fort de l’été. Sur ce point on peut dire que cette année les joueurs sont un peu épargnés. Si les temps de pause rapides sont encore relativement tardifs (le soleil se couchera au maximum vers 21h30), les températures devraient être beaucoup plus supportables que par le passé où certains joueurs devaient maintenir des températures autour de 40 degrés. Ceci pourrait vous intéresser : SURVETEMENT CLUB DE FOOTBALL. Mais encore, les exigences physiques du football professionnel – et plus encore celles de ces dernières années avec l’accumulation de matchs – mettent à rude épreuve le physique de ces athlètes de haut niveau. Alors, comment réussissez-vous à concilier la pratique de haut niveau avec le Ramadan pour ces athlètes? Comment le vivent-ils? Comment les clubs contrôlent-ils les joueurs? Comment sont-ils physiquement préparés? Sont-ils capables de jouer comme ils le font habituellement? Voici de nombreuses questions qui méritent d’être posées.

Ce qui suit après cette annonce

Pour commencer, il y a un concept important à considérer lorsque l’on parle du Ramadan: l’aspect spirituel. Le Ramadan est un mois béni, au cours duquel les musulmans sont en parfaite harmonie avec eux-mêmes, où ils se sentent souvent mieux que le reste de l’année. Il n’est pas rare que les athlètes se sentent bien dans leur esprit et aient parfois une âme supplémentaire quand il s’agit de s’asseoir sur les pelouses, ce qui réduit l’impact du jeûne sur le corps. Mais les impacts physiologiques existent et sont inévitables. De quoi s’inquiéter des clubs qui alignent des joueurs touchés par le Ramadan? Nous allons découvrir comment le Ramadan est perçu du point de vue des joueurs et de la société malgré la lumière d’un nutritionniste et d’un entraîneur sportif.

Le jeûne vu par le joueur

Dans le monde du football, le Ramadan peut être considéré comme un sujet sensible, voire un petit tabou. Au-delà de l’aspect religieux et de l’intimité que cela implique, l’idée même de ne pas manger ni boire, en tant qu’athlète de haut niveau, semble inimaginable, car elle peut susciter beaucoup d’inquiétude. Ces préoccupations peuvent être d’ordre physique en premier lieu, ce qui affectera inévitablement les performances. Et si cela affecte les performances, il peut y avoir des conflits directs avec les clubs. Les joueurs eux-mêmes le savent, ils le ressentent et surtout ils en sont conscients. Quand ils jeûnent, ils s’attendent à être moins bien physiquement. «Physiquement, nous sommes fatigués. Sur le même sujet : SURVETEMENT EQUIPE D'ITALIE DE FOOTBALL. Nous sommes donc forcément humains que nous en sommes influencés. Mais alors il y a la foi. C’est ce qui fait la différence. Mais il est certain qu’en termes de performances c’est moins bon. Nous avons toujours une période de fatigue. Quand j’ai commencé, quand je jouais en Italie, je me sentais aussi un peu mal à l’aise », se souvient Jamal Alioui, un ancien international marocain qui a notamment travaillé avec le FC Sion et Crotone.

Alors parfois, certains clubs n’hésitent pas à s’opposer ou à tenter de dissuader les joueurs. Bien que cela puisse être mal vu, la religion étant une affaire privée, il est également important de souligner qu’il est également légitime que les clubs souhaitent que les athlètes soient capables à 100%. Et avec le Ramadan, ce n’est pas le cas et c’est là qu’il peut y avoir des problèmes. « Je sais que j’ai réussi même si j’avais un peu de tension dans les clubs où j’étais. Nous jouions en Coupe d’Europe contre Galatasaray. A l’époque je jouais à Sion avec le Tunisien Adel Chedli. Il dit: » les gars demain, c’est la Coupe des Champions, avec le Ramadan et tout … ça va être compliqué « , on lui a dit qu’il n’y avait pas moyen, on allait le faire. Le lendemain je joue et je suis. Même chose contre le Fenerbahçe, quelque temps plus tard quand on nous a dit: «vous commencez à prendre les devants avec votre Ramadan». En fin de compte, c’est Tareq Chahib qui marque », a déclaré Jamal Alioui.

Il n’est donc pas rare de voir des clubs inciter les joueurs à ne pas jeûner, et parfois ce sont justement les joueurs qui préfèrent ne pas jeûner les jours de match. Chacun est évidemment libre de choisir et l’idée est que chacun est conscient des conséquences de ses décisions. Lors de la Coupe du monde 2014, les joueurs de l’équipe algérienne ont décidé de respecter le jeûne à l’entraînement, mais certains joueurs ont préféré ne pas le faire les jours de match, afin de ne pas mettre en danger leur santé et leur corps. Dans ces situations, ce sont parfois les entraîneurs qui décident de mettre certains joueurs à l’écart pour limiter les risques de mauvaise performance, mais aussi pour préserver leur santé. «Je sais qu’il y a des entraîneurs qui ont décidé de ne pas laisser certains joueurs jouer pendant le Ramadan pour les préserver. J’ai joué, mais parfois j’espérais ne pas jouer (rires). À Sion, je me souviens que le premier jour du Ramadan, j’étais avec Tariq Chihab. Nous jouons contre les Young Boys de Berne. C’était très chaud. J’ai commencé et il était sur le banc. J’avais mal et je l’ai vu rire sur le banc. On a pris 5-0, j’étais vraiment brûlé », se souvient l’ancien international marocain, finaliste de la Coupe d’Afrique 2004.

Dans la plupart des cas, les clubs essaient de prendre soin de leurs joueurs de la meilleure façon possible et respectent très souvent leurs décisions. En 2019, Jürgen Klopp a également été interrogé à ce sujet peu avant la finale de la Ligue des champions. Ce dernier s’est déroulé en plein ramadan et ses deux stars Salah et Mané avaient quand même décidé de jeûner. «Mes joueurs jeûnent c’est bien… Je respecte leur religion, ils ont toujours été un grand jeûne ou pas. Il y a des jours où Mané et Salah arrivent en retard dans les vestiaires parce qu’ils prient. Il y a beaucoup plus de choses importantes que le football », a expliqué l’entraîneur allemand. Même chose pour Jamal Alioui lorsqu’il jouait pour le FC Sion. «Les clubs en général ont toujours été prudents à ce sujet. A Sion aussi, le président a écouté. Je me souviens qu’il a demandé au personnel de prendre soin de nous, de nous ramener à manger dès que nous pourrions manger, pour que tout se passe bien. Nous en avons parlé librement. « Certains clubs où même certaines sélections tentent de s’adapter. Lorsqu’il était entraîneur de l’Algérie, Christian Gourcuff expliquait comment il planifiait son entraînement. Il avait décidé de ne faire qu’un entraînement par jour, l’après-midi, pour aider les joueurs. Mais il faut aussi noter que d’autres sélections ne préfèrent pas bouleverser les habitudes. Par exemple, lors de la Coupe du monde 2014, Didier Deschamps a expliqué qu’il n’a pas conseillé ses joueurs. «Ce sont des sujets sensibles et délicats. Je n’ai rien à commander. joueurs nous y sommes habitués, ce n’est pas aujourd’hui que nous découvrons la situation. « 

Cependant, le personnel n’avait rien préparé non plus. « Le staff n’a rien mis, nous n’en avons pas parlé », a expliqué Bacary Sagna. Enfin lors de cette compétition et comme pour l’Euro 2016, les joueurs musulmans français avaient décidé de ne pas faire le Ramadan. Une décision prise en accord avec Didier Deschamps et son staff. Avec ces compétitions au plus fort de l’été dans un climat (très) chaud, cette décision peut aussi être compréhensible, car elle peut avoir de graves conséquences sur le physique des joueurs et affecter leurs performances. Et dans une Coupe du monde, il est difficile de courir le risque de voir des performances diminuer, surtout quand on parle d’un joueur clé comme un Paul Pogba dans les Bleus, par exemple. La chaleur est probablement l’un des éléments les plus dangereux pour les plus rapides. C’est ce qui augmente le risque de blessures ou de problèmes majeurs. «C’est vraiment le pire. Après m’être qualifié contre l’Algérie pour l’équipe nationale (ndlr: en juin 2011), j’ai joué contre le Sénégal trois jours plus tard à Dakar. Je viens de signer au Qatar cet été-là. Quand je reviens là-bas, deux jours plus tard, nous avons un match de coupe. Je commence et après un simple duel je me tord la cheville. Je suis absent depuis plus d’un mois. Entre la fatigue du mouvement, du corps avec le jeûne, la chaleur, etc. C’est une mission impossible. Il y a 48 degrés, vous avez beaucoup d’humidité. Votre corps reprend », explique Jamal Alioui. Le corps est l’outil de travail du joueur et pendant cette période il est mis à l’épreuve. Il faut donc prendre soin de bien le préparer.

A lire sur le même sujet
Powered by Live Score & Live Score App