Lens a battu Monaco 3-0 pour grimper encore plus haut au classement de Ligue 1 – The Guardian

lens-a-battu-monaco-3-0-pour-grimper-encore-plus-haut-au-classement-de-ligue-1-–-the-guardian

I n notre premier article de la saison , nous n’avons pas tardé à faire l’éloge des deux équipes promues, Lens et Lorient. Tous deux avaient beaucoup dépensé, leurs budgets augmentés par le nouvel accord télévisé de Ligue 1, qui s’est effondré depuis – Lens a même battu leur record de transfert à deux reprises, signant Ignatius Ganago puis Séko Fofana dans le cadre d’une dépense nette d’été dépassant € 18 m. Mais alors que Lorient – sous la main normalement régulière de Christophe Pélissier – s’est mal évanoui, ne remportant qu’un seul de ses huit derniers matches (contre Nîmes blessé le week-end dernier), Lens a en quelque sorte maîtrisé la vie dans l’élite. cela semble aussi impressionnant et durable quatre mois plus tard que lors du week-end d’ouverture de la saison. Les dernières preuves sont arrivées mercredi soir alors qu’ils battaient Monaco 3-0.

Dans cet article initial , nous avons suggéré que le style avant-pied de Lens et l’ambiance belliqueuse du Stade Félix-Bollaert pourraient les aider à éviter confortablement la relégation. Après avoir remporté quatre de leurs six premiers matches – dont un célèbre résultat contre le PSG – il semblait qu’ils pourraient être plus flatteurs de tromper. Ganago, dont la forme initiale de but avait été si impressionnante, a été contraint de se blesser à la cheville contre Saint-Étienne et les rapports suggéraient qu’il serait absent jusqu’à deux mois.

Un moche La défaite 4-0 contre Lille a suivi, et le pire était à craindre pour Franck Haise, ses joueurs et leurs 3-4-1-2 bien entraînés – auxquels ils sont restés fidèles à chaque match de cette campagne. Bien que Ganago n’ait pas commencé un match pendant plus de six semaines, le timing de son absence a amorti le coup pour Lens. Une trêve internationale et les reports de matches contre Nantes et Marseille lui ont valu d’être absent uniquement pour la débâcle contre Lille et un match nul 4-4 contre Reims. Il est maintenant de retour parmi les options offensives de Haise mais, plutôt que d’être le seul débouché offensif de l’équipe, il fait partie d’une ligne tournante vers l’avant qui continue de s’améliorer et d’impressionner, même s’il y a eu une bosse étrange sur la route ( comme une lourde défaite à domicile contre Angers ).

En l’absence de Ganago, Haise a expérimenté Simon Banza et Corentin Jean partant aux côtés du braqueur plus robuste Florian Sotoca, qui était le meilleur buteur de l’année dernière en Ligue 2 mais n’avait pas marqué de but dans l’élite jusqu’à cette campagne. Banza est fort dans les airs et Jean fait des courses intelligentes, mais aucun des deux n’a pleinement profité des opportunités qui leur ont été données. Alors Haise, qui en est à son premier poste de direction, s’est tourné vers Arnaud Kalimuendo, un . – âgé d’un an arrivé en prêt du PSG en octobre. Avant le déménagement, Kalimuendo avait juste 65 minutes de football professionnel à son nom – tous venant pour le PSG en leur défaite en début de saison contre sa nouvelle équipe.

Alors que le minuscule Kalimuendo n’a pas eu beaucoup de chances dans l’équipe première du PSG, il a claqué dans les buts pour le club et pays au niveau des jeunes, dont cinq matchs sur cinq aux moins de l’année dernière – 15 Coupe du monde. Il est le fleuret idéal pour un attaquant plus imposant physiquement comme Sotoca, et a marqué trois fois pour Lens en un peu plus de 300 minutes, en veillant à ce que l’absence temporaire de Ganago soit à peine ressentie.

Pour revenir à Haise, cependant, l’ancien responsable des réserves de Lorient mérite le gros du crédit pour les performances de cette équipe, même si la hiérarchie du club était prête à investir massivement cet été. Lorsque la chance s’est présentée en février de remplacer Philippe Montanier, limogé alors que l’équipe était deuxième de Ligue 2, Haise a sauté dessus, mais s’est rapidement retrouvé promu n’ayant pris en charge que deux matches grâce à Covid – 19.

Quoi Haise manque d’expérience, il compense largement en proposant une approche raisonnée du jeu. Le 3-4-1-2 qu’il a déployé la saison dernière a continué ainsi, et avec des signatures estivales telles que Gaël Kakuta, Loïc Badé et Fofana s’inscrivant admirablement, le manager a construit une équipe engagée dans le style de pressage agressif de son système qui combine habilement des chefs expérimentés tels que l’ancien Chelsea, le gardien Jean-Louis Leca et Yannick Cahuzac avec des jeunes impressionnants tels que Facundo Medina, Badé et le milieu de terrain Cheick Doucouré. Il a trouvé un équilibre idéal.

L’équipe a encore du chemin à parcourir, notamment défensivement. Leur manque d’expérience se traduit souvent par de la naïveté (témoin de leur défaite 3-2 contre Montpellier ce week-end), mais il n’en reste pas moins que si Lens devaient battre Marseille dans leur match en main, ils seraient à égalité de points avec l’équipe d’André Villas-Boas – ce n’est pas une mince affaire étant donné que la série de six victoires nationales de Marseille vient de se terminer par Rennes . Pour une équipe qui avait l’air perdue au Stade Pierre-Mauroy dans cette défaite égoïste contre Lille, le retour a été rapide. Le meilleur est peut-être encore à venir.

Guide rapide Résultats de Ligue 1 SpectacleLigue 1

Angers 0-2 Strasbourg

Dijon 0-2 Lille

Montpellier 0-2 Metz

Nîmes 0-2 Nice

Reims 3-2 Nantes

Bordeaux 1-2 St Etienne

Lyon 2-2 Brest

Monaco 0-3 Lens

PSG 2-0 Lorient

Rennes 2-1 Marseille

Talking points Lyon a réalisé une performance impressionnante contre Brest mais n’a pu que tirage au sort 2-2. Photographie: Mourad Allili Mourad / SIPA / Rex / Shutterstock • Lyon, si brillants à Paris ce week-end , ont été tout aussi effervescents contre Brest mercredi soir. Mais, en obtenant seulement un tirage au sort, ils ont reçu un rappel brusque de la finesse des marges en haut de la table. Une performance inhabituellement médiocre d’Anthony Lopes, associée à une sortie stellaire du sous-estimé Gautier Larsonneur, a aidé le côté breton à pincer un point improbable avec une pénalité dans le temps d’arrêt. Lyon a eu ses chances tout du long, mais a été repoussé à la fois par les boiseries et la brillante défense brestoise.

• Cela dit, les supporters lyonnais vont aussi prendre courage (sinon rue une occasion manquée) du fait que Marseille, Monaco et Montpellier ont perdu. Lille et le PSG n’ont pas été si malchanceux, mais avec les deux premiers qui s’affrontent dimanche, leurs rivaux doivent profiter de leurs matches apparemment faciles pour maintenir la pression – sinon les discussions sur une véritable course au titre pourraient bientôt disparaître.

• Enfin, Saint-Étienne a mis fin à une série ignominieuse de 11 matchs sans victoire, battant Bordeaux 2-1. L’équipe de Jean-Louis Gasset n’est guère des batteurs du monde, mais Sainté a été propulsé par une contribution étonnamment forte de Ryad Boudebouz, que la plupart des observateurs pensaient qu’il était sur le point de quitter le club dans le cadre du dégagement de l’été aux côtés de ses collègues bien rémunérés, Yann M’Vila et Loïs Diony. Ce n’était que le deuxième début de saison de Boudebouz et sa forme physique est toujours préoccupante, mais le 30 – La créativité et la capacité d’un an à partir de pièces arrêtées pourraient encore être une aubaine pour un camp qui n’a que récemment semblé susceptible d’éviter la relégation.

Tableau de Ligue 1 • Ceci est un article de Obtenir le français Nouvelles de football

• Suivre Adam White , Eric Devin et GFFN sur Twitter

Powered by Live Score & Live Score App