Liga – L’Atlético de Madrid et la bataille du doute

Dans la vie d’un club comme l’Atlético de Madrid, les jours de gloire ne sont pas à oublier de sitôt. Le temps est tombé dans la deuxième division espagnole entre 2000 et 2002, les Colchoneros sont revenus sur la scène nationale et le 17 mai 2014, l’équipe dirigée par Diego Simeone a fait un rendez-vous avec l’histoire. Au Camp Nou, l’Atlético doit éviter de battre le Barça pour être considéré comme le vainqueur de la BBVA La Liga. Le match commence et l’équipe est perturbée par une première tuile juste avant le premier quart d’heure de jeu: Diego Costa s’est blessé à la hanche droite.

Remplaçant, l’attaquant hispano-brésilien a à peine fini de pleurer sur la touche lorsque son coéquipier Arda Turan est blessé au dos, cette fois, lors d’une collision avec Cesc Fàbregas. Résultat de la course: Après vingt-deux minutes de jeu, l’Atlético a déjà fait deux changements dans ce match important. Cerise sur le gâteau: onze minutes plus tard, le Barça ouvrait le score avec un traqueur d’incendie d’Alexis Sánchez. La fin d’un rêve madrilène? Non. Contre toute attente, l’Atlético ne s’est pas retrouvé dans un stade remporté pour la Catalogne. De retour des vestiaires, le capitaine Gabi prend un corner en direction de Diego Godín et le stopper catapulte une tête puissante dans le but du Barça. 1-1, ce sera le score final. Au bout du suspense, l’Atlético est champion d’Espagne!

Luis Suárez : “Ce qui est primordial, c’est le mental”

Luis Suárez : "Ce qui est primordial, c’est le mental"

Déjeuner chez Messi et briser le protocole Covid-19? La Liga enquête A voir aussi : Tour d'horizon de la Liga MX: Puebla, Tigres et León sortent vainqueurs - ProSoccerTalk.

Voilà, l’Atlético de Madrid a su montrer toute sa force pour contredire les préjugés espagnols qui avaient la vilaine habitude de surnommer le club “El Pusas” (Le Poissard, en français) en référence à ses échecs passés. Mais chassant le naturel, il revient vite. Le 24 mai 2014, l’Atlético n’a pas passé dix jours paisiblement avant la finale de la Ligue des champions face au voisin du Real Madrid. Rojiblanco prend la tête, proche de la victoire mais capitule sur une tête de Sergio Ramos après une avance de 1-0 jusqu’à la dernière minute de prolongation. Le reste, tout le monde le sait: le Real Madrid gagne 4-1 après prolongations et réaffecte à l’Atlético sa tenue de poisson compliquée et intolérable. Mais sept ans plus tard, est-ce toujours valable aujourd’hui?

Luis Suárez lamenta trans una ocasión

Pour écouter Luis Suárez, arrivé cet été du FC Barcelone, pas vraiment. “Crucialement l’esprit, a synthétisé El Pistolero dans une interview avec France Football en février dernier. Il est très important d’être fort dans sa tête et de sentir que l’on a les moyens de retourner des situations difficiles. A toujours été une des miennes. Caractéristiques: Je n’ai jamais abandonné, même lorsque je traversais des moments difficiles. Ce personnage qui m’a poussé à devenir cette équipe qui se bat pour des choses importantes. Une de mes impulsions a été de pouvoir montrer qu’il faut encore compter sur moi. -estime. “Reste à voir si la mentalité de champion de Suárez est suffisamment forte pour influencer le vestiaire de l’Atlético qui commence à s’essouffler dangereusement.

Simeone : “Nous devons trouver un équilibre émotionnel”

Simeone : "Nous devons trouver un équilibre émotionnel"

Lors de son premier match au Camp Nou depuis son départ de Barcelone, le milieu de terrain uruguayen sera sur place, après s’être accroupi à l’infirmerie pendant trois semaines le mois dernier. C’est une excellente nouvelle car l’étain de l’Atlético de Madrid fond comme neige au soleil en l’espace de deux mois. C’est assez simple: entre le 17 octobre 2020 et le 31 janvier 2021, l’Atlético a décroché quinze victoires en seize jours de championnat. De quoi s’offrir un matelas confortable avec dix points d’avance sur le Real Madrid et le FC Barcelone à la fin du premier mois de l’année. Malheureusement pour l’Atlético, la situation comptable est moins brillante depuis début février: sept victoires, cinq nuls et trois défaites en Liga, soit dix-neuf points en cours de route et un total de 76 unités pour permettre au Barça (troisième), 74 points) comme au Real (deuxième, 74 points mais un affrontement direct favorable contre Culés) pour s’autoriser un sprint final avec une équipe qui a vu tout le monde devenir champion en début d’année calendaire.

Défendu dans les dernières minutes sur le terrain de l’Athletic Club il y a deux semaines (2-1), cet Atlético de Madrid galvanisé par Simeone compte plus que jamais sur son unité collective pour résister à son poids de deux chasseurs. “Nous avons perdu la première mi-temps contre l’Athletic Club parce que nous n’avons pas joué comme nous le voulions, a expliqué El Cholo lors de la conférence après le match. La seconde mi-temps a été tout le contraire. Nous devons trouver un équilibre émotionnel. , nous serons plus près de la victoire. »Dès lors, le but du titre de l’Atlético pourrait être joué dans les moindres détails comme gérer le calendrier (déménager à Barcelone, recevoir la Real Sociedad et Osasuna, puis déménager à Valladolid) et gérer leur équipe.

Atlético Madrid – Athlétisme de Bilbao

Avantage Real Madrid ?

Avantage Real Madrid ?

Au total, l’Atlético a déployé vingt-huit joueurs depuis le début de la saison 2020-2021, dont treize sont déjà sur les trente matchs disputés. De son côté, le Real compte trente-neuf joueurs et seulement dix au-dessus des trente matchs joués. Enfin, le Barça compte vingt-sept joueurs cette saison et treize ont accumulé au moins trente rencontres. Y aurait-il un avantage de fraîcheur physique pour le Real malgré sa récente élimination au premier trimestre? En fait, il ne serait que surprenant de voir Zinedine Zidane retomber sur ses pieds avec un titre en poche en fin de saison … D’ailleurs, ce Barça-Atlético pourrait faire affaire avec l’ennemi commun. En effet, un nul au Camp Nou permettrait au Real Madrid de prendre le contrôle de la Liga en cas de victoire à domicile contre le Sevilla FC, désormais en retard dans la course au titre après sa courte défaite face à l’Athletic (0-1).

Quoi qu’il en soit, l’Atlético continue de conserver sa première place malgré tout le contraire. La semaine dernière, les Madriens ont gagné dans la douleur à Elche (1-0) et leur salut n’est dû qu’au statut prestigieux de Jan Oblak qui a poussé Fidel à tirer son penalty sur le poteau dans la prolongation de la rencontre. Considéré comme l’un des piliers sur lesquels Simeone peut s’appuyer après sept ans de bons (voire excellents) et loyaux services, le Slovène n’était pas dans son premier rôle de sauveur depuis mars dernier, il avait déjà suspendu un penalty en fin de match contre le Deportivo Alavés en une victoire tout aussi étroite (1-0).

“Passer de la génération d’il y a deux ans au travail d’aujourd’hui, c’est un travail que nous avons tous fait ensemble”, a déclaré le gardien du magazine Panenka en janvier dernier. Un an pour reconstruire une équipe solide et bloquer, et cette année nous l’avons essayé sur le terrain. Mais nous avons encore la moitié du chemin à parcourir, nous devons prouver que nous avons suffisamment bien fait les choses pour être là où nous voulons être. “En 2014, Oblak était le gardien de but du Benfica Lisbonne. Il n’a donc jamais été le champion d’Espagne. A son échelle, cela suffit pour permettre au mur des Matelassiers de trouver des ressources mentales inattendues pour endurer, résister, combattre et gagner en tant que chef victorieux du Godín.

Le Barça continue et s’accroche au Real

L’Atlético tient son emprise et est capable de rester calme sur les résultats de ses adversaires

Un site du réseau
Sport360
Sport360
Confidentialite - Conditions generales - Contact - Publicites - Plan du site - Sitemap