Regarder la Ligue 1 sur

Ligue 1: Marseille – Rennes dismissed after clashes – rts.ch – International

Ligue 1: Marseille - Rennes dismissed after clashes - rts.ch - International

Le match de Ligue 1 entre Marseille et Rennes, initialement prévu samedi à 21h00, a été reporté indéfiniment après des affrontements survenus dans la journée au centre de formation de l’OM.

Plusieurs centaines de supporters de l’OM en colère ont mené une attaque de force en début d’après-midi samedi à la Commanderie, le centre d’entraînement du club, et 25 personnes ont été arrêtées.

Des fans en colère, en particulier, ont jeté de la fumée et des pétards, et quelques-uns ont même réussi à entrer brièvement dans l’enceinte, ont noté des journalistes de l’AFP. Trois cyprès poussant devant la porte centrale ont été calcinés lors de ces incidents.

Images exclusives du coup de force des supporters marseillais au centre de formation Robert-Louis-Dreyfus. Un arbre a pris feu, 25 personnes ont été arrêtées par la police. pic.twitter.com/XIVEalZoRQ

De nombreuses banderoles d’opposition à la direction de l’OM, ​​et en particulier à son président Jacques-Henri Eyraud, avaient déjà été déployées quelques heures avant le match.

La date de report de la réunion n’a pas été fixée par la Ligue.

La direction de l’OM a réagi

La direction de l'OM a réagi

« Malgré l’intervention de la police, une explosion de violence injustifiable a mis en danger la vie des personnes présentes sur place (joueurs, staff, policiers, agents de sécurité, employés) », a écrit le club dans un communiqué. A voir aussi : ASSE : un groupe d’actionnaires locaux se détache pour le rachat, Caïazzo et Romeyer déjà opposés….

« Ce qui s’est passé cet après-midi appelle à la plus grande sévérité pour ces fauteurs de troubles qui se prétendent supporters mais détruisent les installations et menacent les salariés et les joueurs », a noté le président de l’OM Jacques-Henri Eyraud.

Le capitaine de l’équipe, Steve Mandanda, a pour sa part estimé qu’une « crise sportive ne pouvait en aucun cas justifier un tel déferlement de violence » et a ajouté que l’heure était « à l’apaisement ».

Articles populaires