Ligue 2: pourquoi la LFP a maintenu le match de Chambly, malgré son cluster

Comme en Ligue 1, le protocole sanitaire appliqué en Ligue 2 prévoit un report du match si un club a 11 cas positifs dans les 48 heures du match. Mais à Chambly, le 11e cas positif a été détecté la veille de la rencontre de Clermont.

Samedi, lors de la 25e journée de Ligue 2, Chambly s’est incliné face à Clermont (0-1) avec un effectif réduit. En effet, le club d’Ile-de-France aura vécu une semaine totalement folle avec d’abord un trajet en bus de sept heures, sous la neige, avant l’apparition de 11 cas positifs dans le groupe professionnel.

Mais l’un d’entre eux aura reçu un test PCR positif seulement 48 heures avant le début du match. Malgré quelques discussions avec le président Fulvio Luzi, la Ligue de football professionnel (LFP) a décidé de ne pas reporter cette rencontre.

Au début de l’épidémie, la LFP a décidé de mettre en place rapidement deux groupes de travail COVID-19. Une première en charge principalement du classement, des scénarios de fin de championnats ou du retour ou non du public dans les stades.

Parmi ses membres figurent Nicolas Holveck (Rennes) et Waldemar Kita (Nantes). L’autre «commission» s’en occupe au cas par cas et est principalement composée de médecins tels que le docteur Christiano Eirale (PSG) et le docteur Franck Pelisier (OL).

Un protocole validé en début de saison par les présidents, dont celui de Chambly

Un protocole validé en début de saison par les présidents, dont celui de Chambly

Selon une première source proche du dossier, l’incompréhension règne à nouveau ce matin après la poursuite de cette réunion de Ligue 2. Le protocole qui prévoit un sursis suite à 11 cas, et non à 4 comme au départ, n’est pas dû. le tout adapté à un club comme Chambly, qui ne bénéficie pas d’un banc “très fourni” comme, par exemple, le PSG en Ligue 1.

A lire aussi :   Toulouse et Amiens relégués en Ligue 2 (à nouveau) suite au vote de l'Assemblée générale de la LFP - Get French Football News

Une autre source précise que ce changement de protocole a été opéré par la LFP, validé par le conseil d’administration et donc également validé en début de saison par des présidents de club comme celui de Chambly. Lors des discussions avec l’instance du football français, les clubs de deuxième division auraient donc eu l’occasion de demander un chiffre inférieur.

La LFP affirme désormais appliquer le protocole recommandé par le gouvernement avec deux tests en trois jours dont un le jour du match, notamment pour la reprise de la Coupe de France. Le but est évidemment de réduire au maximum les risques.

Pour ce cas, les joueurs alignés auront donc subi deux tests un jeudi et un samedi avec des tests validés par l’ARS Clermont. Mais le risque zéro n’existe pas, à moins que vous n’empêchiez tous les entraînements et toutes les rencontres dès qu’un joueur est malade.

Contacté par RMC Sport, le président Fulvio Luzi a indiqué que Chambly n’a à aucun moment remis en cause le protocole. Il a également eu l’occasion de s’entretenir avec Vincent Labrune en face à face. Le club critique la gestion humaine dans ce genre de situation. Surtout quand le groupe a été expulsé de leur hôtel alors qu’il faisait -5 degrés. Chambly a prévu de communiquer rapidement sur le sujet, demandant à la LFP d’être plus attentive aux clubs si cette situation risque (malheureusement) de se reproduire.

Confidentialite - Conditions generales - Contact - Publicites - Plan du site - Sitemap