Lyon griffe Monaco dans un match fou / Ligue 1 / J35 / Monaco-OL (2-3) / 2 mai 2021 / SOFOOT.com

Lyon griffe Monaco dans un match fou / Ligue 1 / J35 / Monaco-OL (2-3) / 2 mai 2021 / SOFOOT.com

Dans un match avec des revers et au final très orageux, l’OL s’est imposé en Principauté et a coincé un point derrière l’AS Monaco (2-3). En guise de symbole, Rayan Cherki a offert trois points à son équipe qui croit toujours en C1 pour la saison prochaine.

AS Monaco 2-3 Olympique lyonnais

AS Monaco 2-3 Olympique lyonnais

Buts: Volland (25e) et Ben Yedder (86e sp) pour Monaco // Depay (57e), Marcelo (77e) et Cherki (89e) pour l’OL.

Les grands pays européens peuvent percevoir la Ligue 1 comme un championnat secondaire, c’est sans aucun doute un championnat d’Europe à couper le souffle aujourd’hui. Pourquoi? Car personne n’aurait pu imaginer le spectacle que les acteurs du Stade Louis-II offriraient ce soir. A la fin du temps réglementaire, Mattia De Sciglio sert Ryan Cherki en retraite. Entré en jeu quelques secondes plus tôt, la formation lyonnaise ouvre sa jambe gauche et ajuste Benjamin Lecomte pour permettre à l’OL de s’imposer numériquement sur le gazon de l’AS Monaco, invaincu dans son antre à partir du 16 décembre au plus tard. Monaco a non seulement perdu ses ambitions pour le titre, mais voit son adversaire du soir revenir dans une unité trois jours après la fin de la saison. Simplement épique.

Volland à la tire

Volland à la tire

Niko Kovač et Leo Dubois peuvent échanger un sourire dès les premières minutes du match, ne vous y trompez pas: Monaco et Lyon jouent un match crucial dans la perspective de la course de la Ligue des champions. En tout cas, la cible principale visée par l’OL dont le début de match incite les asémiques à prendre le temps d’analyser le schéma tactique de leurs adversaires. De quoi créer la première opportunité pour les buteurs des invités, initiée par la forte reprise de Lucas Paquete et terminée par une volée sur Dubois (4e). Comme lors des récents quarts de finale de la Coupe de France, Lyonnai domine les débats mais manque de réalisme, à l’image de Karl Toc Ecambio obligeant Benjamin Lecomte à défiler de sa gauche (14e).

Du côté monégasque, l’alerte en service s’appelle Kevin Volland. Dans un duel avec Jason Denayer, l’international allemand croise d’abord son tir trop loin (11e) puis envoie le Diable Rouge dans le vent suite à un mouvement dans lequel Caio Henrique et Wissam Ben Yedder lui servent d’engrenages qui lui permettent de «  ouvrir une fermeture  » tourné devant Anthony Lopez (1-0, 25). Blessé dans l’action, Denayer cède la place à Sinaly Diomandé, mais en réalité rien ne change. Volland reste insoutenable et met à mort la charnière centrale (35e, 41e) sans aboutir à une autre cible mortelle. Amorphes, les Gones réagissent peu ou pas du tout. Seule la tête de Lucas Paquete sur corner de Depay est une illusion (40e). A la pause, l’OL a sept points de retard sur son adversaire du soir à trois jours de la fin. Eh bien, c’est évidemment une urgence.

Le jour Depay

Le jour Depay

Désireux d’avancer, Rudi Garcia décide de basculer KTE vers la droite et de remplacer Dubois par Tina Kadewere. Et de fait, Lyon devient plus compacte, moins fragile et plus dangereuse. Merci à qui? À Memphis Depay. En vingt minutes, le Néerlandais a enflammé la défense de la Principauté: trois joueurs ont dribblé, puis la frappe contrée pour un égaliseur (1-1, 57e), mais aussi un tir croisé (62e) et un redémarrage manqué à six mètres (64e). Monaco, qui n’a concédé aucun but depuis le 3 mars, a commencé à marquer.

Même après l’exclusion de Maxence Caqueret pour le deuxième carton jaune (70e), Lyon n’abandonne pas. Il accepte bien: Marcelo met Lyon en tête du résultat d’un coup furieux à la tête (1-2, 77). Malgré une frappe d’Anthony Lopez face à Pietro Pellegri lors d’une sortie manquée et un penalty tiré par Ben Yedder pour son 100e but en L1 (2-2, 86), Lyon a remporté la victoire grâce à une frappe de Cherki ( 2-3, 89).). La bagarre générale à la fin du match, qui a abouti aux exclusions de De Scigli, Marcelo, Pietro Pellegri et Willem Geubbels, sera également le bouquet final.

AS Monaco (4-4-2): Lecomte – Henrique (Pellegri, 81), Disasi (Badiashile, 61), Maripán, Sidibé – Tchouaméni, Fofana (Ballo-Touré, 69), Fàbregas (Matazo, 61).), Aguilar (Geubbels, 81.) – Ben Yedder, Volland. Entraîneur: Niko Kovač.

Olympique Lyonnais (4-2-3-1): Lopes – De Sciglio, Denayer (Diomandé, 29), Marcelo, Dubois (Kadewere, 46) – Caqueret, Mendes (Guimarães, 88) – Caqueret, Paqueta (Aouar, 75. ), Paiement – Toko Ekambi (Cherki, 88.). Entraîneur: Rudi Garcia.